Selon la dernière étude internationale, les PME canadiennes demeurent prudemment optimistes face à la hausse des coûts et à l'incertitude mondiale

  • La confiance des entreprises est relativement élevée: 54% des PME ont déclaré que l’économie canadienne se portait bien et 39% s’attendaient à une amélioration au cours des 12 prochains mois.
  • La hausse des coûts, le resserrement des liquidités et la réglementation gouvernementale sont les trois principaux problèmes auxquels sont confrontées les petites entreprises aujourd'hui.
  • Une PME sur trois (34%) a des problèmes de trésorerie et la moitié s'attend à une croissance en 2020.

Selon la dernière étude du Global Business Monitor réalisée par Bibby Financial Services (BFS), partenaire mondial de la PME, et le chef de file mondial de l'assurance-crédit commerciale, Euler Hermes, les coûts sont le principal défi des petites entreprises canadiennes.

Les résultats de la recherche, fondés sur une enquête menée auprès de plus de 2 300 PME de 13 pays d’Asie, d’Europe et d’Amérique du Nord, montrent que deux entreprises sur cinq (42%) estiment que la hausse des coûts et des frais généraux est leur principal défi. Les flux de trésorerie (34%) et les tracasseries administratives (28%) ont également été cités parmi les trois principales préoccupations en 2019.

Malgré les inquiétudes suscitées par les répercussions de l'incertitude mondiale, 49% des entrprises interrogées estiment que leurs performances commerciales vont s'améliorer au cours des 12 prochains mois, et 40% sont convaincues qu'elles maintiendront les niveaux de croissance existants.

Kash Ahmad, directeur général de Bibby Financial Services, Canada, a déclaré:
«C'est une période passionnante pour les PME canadiennes. Malgré les défis actuels et la méfiance à l'égard de l'économie mondiale, les entreprises canadiennes demeurent fortes et bien placées pour tirer parti des possibilités de croissance au pays et à l'étranger.

«En outre, il est important que les entreprises continuent d’avoir la confiance nécessaire pour investir en cette période d’incertitude économique, car elles seront plus fortes qu’auparavant. Les PME canadiennes sont sur la bonne voie: 89% d'entre elles prévoient investir au cours des 12 prochains mois. Les investissements dans les ventes et le marketing, associés à un environnement économique national relativement stable, offrent aux entreprises les conditions idéales pour rechercher de nouvelles opportunités dans le monde entier.»

Ludovic Subran, économiste en chef mondial chez Euler Hermes, a ajouté:
«Alors que les risques de récession augmentent et que le PIB mondial devrait croître à son rythme le plus lent depuis 2009 en 2020 (+ 2,4%), il est d'autant plus important que les PME disposent de boucles de paiement vertueuses pour éviter la faillite. Les défaillances mondiales devraient augmenter de 8% en 2020 pour la quatrième année consécutive, et une faillite sur quatre pour les PME est due à un non-paiement.»
 
Le troisième Global Business Monitor depuis 2016 montre que les PME canadiennes s’engagent dans le commerce international. Bien que seulement 28% environ des biens et services exportés soient exportés, 42% des exportateurs déclarent que les exportations représentent plus de 50% de leurs ventes. L’accès au financement joue un rôle important dans la capacité des entreprises à vendre à l’international: 44% le considèrent comme la première exigence pour faciliter l’exportation.

Le rapport de Global Business Monitor peut être téléchargé à l'adresse www.bibbycanada.ca

8 octobre 2019


Contact Icon

Parlez à un membre de notre équipe aujourd'hui au 866-502-4229

ou